Lorsqu Ils Essayerent Paroles Damour

Le roman que publie Le Figaro et qui obtient un si légitime succès d’émotion, me rappelle une terrible histoire de passion et de souffrance. Je vais la conter en quelques mots, me réservant d’écrire un jour le volume qu’elle demanderait. Si je me décide à la faire connaître aujourd’hui, c’est qu’elle renferme une haute leçon et qu’elle montre le coupable trouvant une effroyable punition dans l’impunité même de son crime.

Imaginez que Furbice ait épousé Margaï, après avoir réussi à cacher l’assassinat de Pascoul à la justice des hommes. Les deux meurtriers, l’amant et la femme adultère, ont sauvé leur honneur ; ils vont maintenant vivre la vie de félicité qu’ils ont rêvée ; les voilà réunis à jamais, liés par la volupté et par le sang, pouvant contenter enfin à l’aise leurs appétits de richesse et de luxure .

Écoutez l’histoire d’un semblable mariage d’amour.

Michel avait vingt-cinq ans lorsqu’il épousa Suzanne, une jeune femme de son âge, d’une maigreur nerveuse, ni laide, ni belle, mais ayant dans son visage effilé deux grands beaux yeux qui allaient largement d’une tempe à l’autre. Ils vécurent trois années sans querelles, ne recevant guère que Jacques, un ami du mari, dont la femme devint peu à peu passionnément amoureuse. Jacques se laissa aller à la douceur cuisante de cette passion. D’ailleurs, la paix du ménage ne fut pas troublée ; les amants étaient lâches, et reculaient devant la certitude d’un scandale. Sans en avoir conscience, ils en arrivèrent lentement au projet de se débarrasser de Michel. Un meurtre devait tout arranger, en leur permettant de s’aimer en liberté et selon la loi.

Un jour, ils décidèrent le mari à faire une partie de campagne. On alla à Corbeil, et là, lorsque le dîner eut été commandé, Jacques proposa et fit accepter une promenade en canot sur la Seine. Il prit les rames et descendit la rivière, tandis que ses compagnons chantaient et riaient comme des enfants.

Quand la barque fut en pleine Seine, cachée derrière les hautes futaies d’une île, Jacques saisit brusquement Michel et essaya de le jeter à l’eau. Suzanne cessa de chanter ; elle détourna la tête, pâle, les lèvres serrées, silencieuse et frissonnante. Les deux hommes luttèrent un instant sur le bord de la barque qui s’enfonçait en craquant. Michel, surpris, ne pouvant comprendre, se défendit, muet, avec l’instinct d’une bête qu’on attaque ; il mordit Jacques à la joue, enleva presque le morceau, et tomba dans la rivière en appelant sa femme avec rage et terreur. Il ne savait pas nager.

Alors Jacques, prenant Suzanne dans ses bras, se jeta à l’eau de façon à faire chavirer la barque. Puis il se mit à crier, à appeler au secours. Il soutenait la jeune femme, et, comme il était excellent nageur, il atteignit aisément la rive, où plusieurs personnes se trouvaient déjà rassemblées.

La terrible comédie était jouée. Suzanne, évanouie et froide, gisait sur le sable ; Jacques pleurait, se désespérait, implorant de prompts secours pour son ami. Le lendemain, les journaux racontèrent l’accident, et les amants ayant toujours été aussi prudents que lâches, la pensée qu’un crime avait pu être commis ne vint à personne. Jacques en fut quitte pour expliquer la large morsure de Michel, en disant qu’un clou de la barque lui avait déchiré la joue.

Il fallait attendre au moins treize mois. Les amants s’étaient concertés à l’avance et avaient décidé qu’ils agiraient avec la plus grande prudence. Ils évitèrent de se voir ; ils ne se rencontrèrent que devant témoins.

Le moindre empressement aurait peut-être éveillé les soupçons.

Jacques, pendant les huit premiers jours, alla régulièrement à la morgue chaque matin. Quand il eut retrouvé et reconnu sur une des dalles blanches le cadavre de Michel, il le réclama au nom de la veuve et le fit enterrer. Il avait commis froidement le crime, et il éprouva un frisson d’épouvante en face de sa victime, horriblement défigurée, toute marbrée de taches bleues et vertes. Dès lors, il eut toujours devant les yeux le visage gonflé et grimaçant du noyé.

Dix-huit mois s’écoulèrent. Les amants se virent rarement ; à chaque rencontre, ils éprouvèrent un étrange malaise. Ils attribuèrent cette sensation pénible à la peur, à l’âpre désir qu’ils avaient d’en finir avec cette funèbre histoire, en se mariant et en goûtant enfin les douceurs de leur amour. Jacques souffrait surtout de sa solitude ; les dents de Michel avaient laissé sur sa joue des traces blanches, et il semblait parfois au meurtrier que ces cicatrices brûlaient sa chair et dévoraient son visage. Il espérait que Suzanne, sous ses baisers, apaiserait la cuisson des terribles brûlures.

Quand ils crurent avoir assez attendu, ils se marièrent, et toutes leurs connaissances applaudirent. Ils goûtèrent, pendant les préparatifs de la noce, une joie nerveuse qui les trompa eux-mêmes. La vérité était que, depuis le crime, ils frissonnaient tous deux la nuit, secoués par d’effrayants cauchemars, et qu’ils avaient hâte de s’unir contre leur épouvante pour la vaincre.

Lorsqu’ils se trouvèrent seuls dans la chambre nuptiale, ils s’assirent, embarrassés et inquiets, devant un feu clair qui éclairait la pièce de larges clartés jaunes.

Jacques voulut parler d’amour, mais sa bouche était sèche, et il ne put trouver un mot ; Suzanne, glacée et comme morte, cherchait en elle avec désespoir sa passion qui s’en était allée de sa chair et de son cœur.

Alors, ils essayèrent d’être banals et de causer comme des gens qui se seraient vus pour la première fois. Mais les paroles leur manquèrent. Tous deux ils pensaient invinciblement au pauvre noyé, et, tandis qu’ils échangeaient des mots vides, ils se devinaient l’un l’autre. Leur causerie cessa ; dans le silence, il leur sembla qu’ils continuaient à s’entretenir de Michel. Ce terrible silence, plein de phrases épouvantées et cruelles, devenait accablant, insoutenable. Suzanne, toute blanche dans sa toilette de nuit, se leva et, tournant la tête :

— Vous l’avez vu à la morgue ? demanda-t-elle d’une voix étouffée.

— Oui, répondit Jacques en frissonnant.

— Paraissait-il avoir beaucoup souffert ?

Jacques ne put répondre. Il fit un geste, comme pour écarter une vision ignoble et odieuse, et il s’avança vers Suzanne, les bras ouverts.

— Embrasse-moi, dit-il en tendant la joue où se montraient des marques blanches.

— Oh ! non, jamais..., pas là ! s’écria Suzanne qui recula en frémissant.

Ils s’assirent de nouveau devant le feu, effrayés et irrités. Leurs longs silences étaient coupés par des paroles amères, par des reproches et des plaintes.

Telle fut leur nuit de noces.

Dès lors, un drame navrant se passa entre les deux misérables. Je ne puis en raconter tous les actes, et je me contente d’indiquer brièvement les principales péripéties.

Le cadavre de Michel se mit entre Jacques et Suzanne. Au lit, ils s’écartaient l’un de l’autre et semblaient lui faire place. Dans leurs baisers, leurs lèvres devenaient froides, comme si la mort se fût placée entre leurs bouches. Et c’étaient des terreurs continuelles, des effrois brusques qui les séparaient, des hallucinations qui leur montraient leur victime partout et à chaque heure.

Cet homme et cette femme ne pouvaient plus s’aimer. Ils étaient tout à leur épouvante. Ils ne vivaient ensemble que pour se protéger contre le noyé. Parfois encore ils se serraient avec force l’un contre l’autre, s’unissaient avec désespoir, mais c’était afin d’échapper à leurs sinistres visions.

Puis la haine vint. Ils s’irritèrent contre leur crime, ils se désespérèrent d’avoir troublé leur vie à jamais. Alors ils s’accusèrent mutuellement. Jacques reprocha amèrement à Suzanne de l’avoir poussé au meurtre, et Suzanne lui cria qu’il mentait et qu’il était le seul coupable. La colère accroissait leurs angoisses, et chaque jour, pour le moindre souvenir, la querelle recommençait, plus âpre et plus cruelle. Les deux assassins tournaient ainsi comme des bêtes fauves, dans la vie de souffrance qu’ils s’étaient faite, se déchirant eux-mêmes, haletants, obligés de se taire.

Suzanne regretta Michel, le pleura tout haut, vanta au meurtrier les vertus de sa victime, et Jacques dut vivre en entendant toujours parler de cet homme qu’il avait jeté à l’eau et dont le cadavre était si horrible sur une dalle de la morgue. Il avait souvent des heures de délire, et il accablait sa complice d’injures, la battait, lui répétait avec des cris l’histoire du meurtre, et lui prouvait que c’était elle qui avait tout fait, en lui donnant la folie de la passion.

S’il n’avait eu peur de trop souffrir, il se serait coupé la joue, pour enlever les traces des dents de Michel. Suzanne pleurait en regardant ces cicatrices, et le visage de Jacques était devenu pour elle un objet d’horreur dont la vue la secouait d’un éternel frisson.

Enfin se joua le dernier acte de ce drame poignant. Après la haine, vinrent la crainte et la lâcheté ; les deux assassins eurent peur l’un de l’autre.

Ils comprirent qu’ils ne pouvaient vivre plus longtemps dans la fièvre du remords ; ils voyaient avec terreur leur abattement mutuel, et ils tremblaient en pensant que l’un d’eux parlerait à coup sûr un jour ou l’autre.

Alors ils se surveillèrent ; leurs souffrances étaient intolérables, mais ils ne voulaient pas la délivrance par le châtiment. Ils se suivirent partout, ils s’étudièrent dans leurs moindres actes ; à chaque nouvelle querelle, ils se menaçaient de tout dire, puis ils se suppliaient à mains jointes de garder le silence, et ils restaient soupçonneux et farouches. Vie terrible, qui les traînait dans toutes les angoisses du remords et de l’effroi.

Ils en vinrent chacun à l’idée de se débarrasser d’un complice redoutable. Suzanne espérait vivre plus calme, lorsqu’elle ne verrait plus la joue couturée de Jacques, et Jacques pensait pouvoir tuer son premier crime en tuant Suzanne.

Un jour, ils se surprirent, versant mutuellement du poison dans leurs verres. Ils éclatèrent en sanglots, leur fièvre tomba, et ils se jetèrent dans les bras l’un de l’autre. Ils pleurèrent longtemps, demandant pardon, comprenant leur infamie, se disant que l’heure était venue de mourir. Ce fut là une dernière crise qui les soulagea.

Ils burent chacun le poison qu’ils avaient versé, et expirèrent à la même heure, liés dans la mort comme ils avaient été liés dans le crime. On trouva sur une table leur confession, et c’est après avoir lu ce testament sinistre, que j’ai pu écrire l’histoire de ce mariage d’amour.

[Couplet 1]
Igo, y'a pas de love dans ce business
On s'entretue pour du respect ou pour un deal de cess
À l'horizon que la misère et puis des tristes tess
Le paradis est sous ma mère donc si elle crie, j'me tais
Et ne me parlez plus d'amour, on vit de crises, de stress
J'oublierai tout dans un coffee avec une fille de l'Est
Et puis elle me dira "je t'aime" suivant le prix qu'je mets
Non, c'est pas moi qui l'intéresse, c'est que mes fiches de paie
Mais c'est pas grave, j'me sentirai un peu sale
J'ai dégoupillé sur le sol
Et j'ai des larmes sous les cils quand j'réalise que je suis seul
La cocaïne, c'est pas du sel
Nous, on s'enfume et on se soûle
Et toi, pourquoi tu fais la belle ?
Tout mon quartier connait ton boule

[Refrain]
Les gens parlent d'amour, pourquoi ils parlent d'amour ?
Les gens parlent d'amour, pourquoi ils parlent d'amour ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, hein ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, rien
Qu'est c'qu'ils y connaissent, hein ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, rien

[Couplet 2]
Elle a trompé le mari, le mari l'a tabassée
Je sais pas qui a tort, c'est bizarre quand t'es attaché
Tu fais des trucs de fou, tu sors la nuit, tu vas marcher
Tu vas t'acheter une boisson mais sûrement pas du panaché
Où est l'amour, où est le lover ?
On a tous pété les plombs et on est mauvais
Et c'est toujours les mêmes têtes devant le café
J'ai des gavas de 25 ans qui sont d'jà chauves
Je connais pas le grand amour, te-ma le passé
J'écoute David et Jonathan, au fond d'ma gove
Est-ce que tu viens pour les vacances ou as-tu changé d'adresse ?
Tu m'trouvais violent quand je dégainais ma crosse
Mais voilà c'était la crise et j'ai grandi dans la crasse
Fumée grise et je l'écrase et on déprime en-bas du porche, merde
J'ai rêvé d'une vie de boss, merde
Avec des diamants sur le torse, mec
J'fais du rap et j'ai un gosse, ouais
Y'a que son amour qui m'approche, mec
J'fais du rap et j'ai un gosse, ouais
J'fais du rap et j'ai un gosse, ouais
Y'a que son amour qui m'approche, ouais

Pas de diamants sur le torse, mec

[Refrain]
Les gens parlent d'amour, pourquoi ils parlent d'amour ?
Les gens parlent d'amour, pourquoi ils parlent d'amour ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, hein ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, rien
Qu'est c'qu'ils y connaissent, hein ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, rien

[Couplet 3]
Une balle est partie, un frère est tombé
Ils ont mis un cœur sur sa pierre tombale
La mort, c'est la mort, tuer, c'est tuer
Et une fois qu'tu l'as fait, igo, tu perds ton âme
Mothafuck, mothafuck you
Tu m'diras plus jamais "I love you"
J'suis un p'tit renard des cités
Avec un train de vie de voyou
S'il faut tirer, j'vais pas hésiter
Je crains dégun nan, je crains walou
Et si l'amour a d'jà existé, il est passé sous un poids lourd

[Refrain]
Les gens parlent d'amour, pourquoi ils parlent d'amour ?
Les gens parlent d'amour, pourquoi ils parlent d'amour ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, hein ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, rien
Qu'est c'qu'ils y connaissent, hein ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, rien
Les gens parlent d'amour, pourquoi ils parlent d'amour ?
Les gens parlent d'amour, pourquoi ils parlent d'amour ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, hein ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, rien
Qu'est c'qu'ils y connaissent, hein ?
Qu'est c'qu'ils y connaissent, rien
Nada

[Outro]
Toute la journée les gens parlent d'amour
Mais y'a l'infidélité, y'a les guerres, y'a les trahisons
Y'a les violences conjugales, y'a les expulsions
Y'a les mères qui triment, y'a les frères qui meurent
Et les gens parlent d'amour ?
Hein, il est où l'amour dans tout ça ?
Les gens parlent d'amour
Mais qu'est-ce qu'ils y connaissent ?
Hein, rien, ils y connaissent rien
Les gens parlent d'amour, mais ils y connaissent rien

0 Replies to “Lorsqu Ils Essayerent Paroles Damour”

Lascia un Commento

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *